Table des matières

40 0
La baisse du reach Facebook n'est pas un mythe!

La baisse du reach Facebook n'est pas un mythe!

On entend beaucoup les gens se plaindre ces temps-ci de la baisse organique du reach Facebook. Cette semaine, eMarketinglicious et Adviso ont sorti les gros titres dans leurs blogues "Facebook veut vraiment nous faire acheter de la publicité" & "La portée organique moyenne d’une publication Facebook serait de 7,83%".

La baisse du reach Facebook, mythe ou réalitée?

Je vous confirme qu'il ne s'agit pas d'un mythe, mais bel et bien d'une réalité. Facebook a émis un communiqué le 2 décembre dernier annoncent une mise à jour de leur algorithme.  

Je vais débuter par expliquer les modifications apportés à l'algorithme, les impacts entraînés ainsi que les stratégies à mettre en place pour rester en bonne position sur les médias sociaux.

Facebook change son algorithme... Pourquoi?

Ce n'est pas la première fois que Facebook met à jour son algorithme et il est vrai qu'avoir une présence dominante sur Facebook avant était beaucoup plus facile que maintenant.

Mais la question est: pourquoi est-ce que Facebook change son algorithme de cette façon? Et c'est dans l'intérêt de qui?

La belle réponse est simple: plus la compétition augmente sur Facebook (c.a.d. plus de publications à afficher pour le même nombre d'espaces disponibles), plus Facebook doit réguler et intervenir pour éviter que certains types de publications "polluent" le news feed de tout le monde d'une façon disproportionnée.

D'autres vous dirons simplement que c'est pour faire plus d'argent.

Qu'est-ce qui a changé?

Cet mise à jour vise , selon Facebook, à promouvoir davantage le contenu de très haute qualité, tout en donnant plus de poids aux médias (les TVA, TV5 et Times de ce monde). Le tout sous prétexte que, statistiquement, les gens préfèrent les liens qui dirigent vers des sites web de qualités sur des sujets d'actualité pertinents.

Ils poursuivent en affirmant qu'ils vont préférer les articles riches en contenu aux "memes" (damn... J'adore les memes!) Ils vont même jusqu'à dire qu'ils vont lourdement pénaliser les memes hébergées en dehors de Facebook. On peut penser ici à 9Gag. Le but étant bien sûr de réduire les "leaks" de trafic de Facebook vers ces sites web, encourageant ainsi les gens à héberger leur contenu sur leur page Facebook au lieu de simplement publier des liens.

Ils ont également annoncé une nouvelle fonctionnalité permettant de découvrir davantage de contenu. On risque de voir apparaître une section "articles connexes" sur notre newsfeed sous un article publié par un ami.

Dans le but de garder plus de publications de nos amis dans notre fil de nouvelle, Facebook pousse maintenant un peu plus les publications commentées par nos amis dans notre News Feed.

Un accent mis sur la "qualité"...

Si Facebook dit qu'il s'intéresse à la "qualité du contenu", la question la plus importante à se poser est "sur quoi se base-t-il pour déterminer la qualité du contenu?!"

Est-ce que le robot de Facebook a commencé à s'intéresser à certaines métriques SEO pour favoriser davantage une source plutôt qu'une autre? Où se base-t-il encore sur ses métriques maison [like, comments, shares]?

Rappelons-nous que ce sont ces métriques qui entraînent la nécessité de cet algorithme, puisqu'en se basant sur les "likes", on se ramasse avec un news feed constitué uniquement de photos de chats/bacon/bébés.

Quels sont les impacts de cette mise à jour?

Pour le "end user", cette mise à jour est plutôt anodine. Mais pour les community managers, c'est la catastrophe!

Voici un tableau fait par edgerankchecker.com, un site web qui compile le statistiques de plusieurs milliers de pages pour essayer de craquer le code derrière l'algorithme de Facebook - Edge Rank.

baisse du reach facebook

Selon ces statistiques, le reach organique de nos publications Facebook aurait baissé tout juste sous 8%! Si on prend une page comme celle de Voyages à Rabais (56k likes), nos publications devraient donc, en moyenne, atteindre 4411 personnes (soit l'équivalent d'environ 20$ en publicité Facebook... lol!)

On peut également voir que peu importe le type de publication, la portée organique a diminué et le statut simple reste encore notre grand champion (puisqu'ils prennent moins de place dans le news feed et n'incitent pas les gens à quitter l'environnement Facebook).

baisse du reach facebook

EdgeRankChecker rapporte également que le taux d'engagement général aurait légèrement fluctué à la hausse, un indice que la mise à jour de l'algorithme aurait effectivement les effets escomptés - montrer plus de choses aux gens qu'ils veulent voir, et moins de choses qu'ils ne veulent pas voir!

Conclusion de cette mise à jour

La morale de cette histoire est qu'il est de plus en plus difficile pour les gestionnaires de communauté de se démarquer sur le fil de nouvelle et que cette tendance est loin de se renverser!

Payer de la publicité est devenu incontournable et la valeur d'une mention j'aime sur votre page est de plus en plus négligeable.

C'est pour cette raison que, pour Michel Trottier, j'ai favorisé l'achat de visibilité à l'achat de "likes" (voir l'étude de cas). Une mention j'aime peut prendre beauuucoup de temps avant de se rentabiliser, et si Facebook continue à réduire le reach, les likes n'auront plus aucune valeur.

fuck that, i'm out of here

Quoi faire?

Vous savez que je suis un believer de Google+ (voir mon guide G+), aujourd'hui maintenant plus que jamais.

Oui, il y a moins d'usagers actifs, mais non, ce n'est pas une mauvaise chose.  

En 2004, on pouvait devenir riche avec adWords, en 2008, on pouvait acquiérir 100k j'aimes sur Facebook en 2 mois, en 2002, on pouvait ranker #1 avec n'importe quel mot clefs sur Google et en 2006 (voir mon guide SEO 101) , on pouvait avoir 500k followers sur Twitter en claquant des doigts (voir mon guide pour gagner des followers).

Ma solution n'est pas de délaisser Facebook pour Google+, mais de diversifier les plateformes que vous utilisez pour vous faire connaître.

Il faut être précurseur, mais il faut aussi commencer à se créer un momentum sur TOUTES les plateformes principales (et tirer avantage des nouvelles).

Gérer une page Facebook peut prendre 6h par semaine, ajoutez un Google+ et ça tombe à 8. Ajoutez encore Instagram et ça tombe à 10. Mettez Instagram et on est rendu à 12h/semaine.

Mon argument est que gérer 2 plateformes n'est pas 2 fois plus long, 3 plateformes 3 fois plus long, etc. Vous créez votre contenu une seule fois, la seule chose qui devient de plus en plus difficile, c'est l'animation de la communauté .

Si votre trafic provient de Facebook, commencez à construire votre communauté Instagram, Twitter, Google+, LinkedIn, Pinterest et YouTube maintenant. On peut difficilement prévoir la fluctuation de ces médias sociaux.

Bonus pour les bilingues: un vidéo qui met tout en contexte!

Le gars explique pourquoi, selon lui, le modèle de Facebook ne créer pas le bon type de relation entre créateur de contenu, audience et publicitaires. Vachement bien expliqué, je ne pourrais faire mieux!

Bonus: comment augmenter son engagement Facebook de 275%

quicksprout - how to increase facebook engagement by 275%

Source

87% de mon meilleur contenu n'est pas sur ce blogue!

Inscris-toi maintenant pour avoir accès à tout mon contenu exclusif!

Tu as apprécié cet article?

Supporte ce blogue et aide-moi à en écrire plus en m'offrant un café!

M'OFFRIR UN CAFÉ

Tu veux aller plus loin?



J'offre des cours en ligne pour marketeurs et entrepreneurs!


Voir les formations

SUR LE BLOGUE

PLUS D'ARTICLES