Table des matières

0 0
Comment Google+ est sur le point de changer le SEO à jamais. 4 raisons pourquoi vous devez sauter dans le train maintenant, avant qu’il ne soit trop tard!

Comment Google+ est sur le point de changer le SEO à jamais. 4 raisons pourquoi vous devez sauter dans le train maintenant, avant qu’il ne soit trop tard!

Google change tout le temps. Pas moyen de brancher, Larry Page est décidément pire qu’une adolescente dans un magasin de soulier!

Ce qui fonctionnait hier ne fonctionne peut-être plus aujourd’hui et ce qui fonctionne aujourd’hui ne fonctionnera peut-être plus demain! Ils testent des milliers de micros ajustements chaque année et en adoptent environ 10%. Si c’est quelque chose qui vous intéresse, vous pouvez utiliser MozCast pour suivre la météo de l’algorithme.

Google représente une bonne partie du trafic d’un site. Vous n’avez qu’à aller sur le site web d’Adviso pour constater que 36% du trafic de TOUS leurs clients provient des moteurs de recherche!

On comprend que c’est important et c’est pour cette raison qu’on se plie aux caprices du géant de Silicone Valley et un des ces caprices se nomme Google+.

Le 28 juin 2011, Google rendit public son réseau social : Google+. À sa sortie, peu de gens l’ont adopté et la plupart des gens ont préféré rester sur Facebook. Pourquoi changer de réseau quand on a toutes les photos de chats qu’on veut sur Facebook?

Petit chat mignon

Puisque la sortie de G+ n’a pas été très glamour, plein de gens se sont mis à spéculer. D’où est venu la théorie que G+ n’ait pas été créé pour rivaliser Facebook, mais qu’il s’agissait d’une étape nécessaire à l’aboutissement d’un plan plus global…

Bref, Google veut dominer le monde.

Retour dans le passé. 2005, Google met la table de ce plan en enregistrant un brevet pour un système du nom de « Agent Rank ». Ce dernier avait comme objectif d’identifier les créateurs de contenu, brisant ainsi l’anonymat permettant aux spammers de s’épanouir. Cependant, à l’époque, la technologie n’était simplement pas suffisante, il n’y avait aucune façon d’identifier les créateurs de contenu.

Google+ entre en scène…

Peu importe si vous utilisez GMAIL, YouTube ou un téléphone Android, vous êtes rattaché à un compte G+ et c’est exactement pourquoi le scénario imaginé en 2005 semble maintenant beaucoup plus réalisable aujourd’hui.

Hiatus sexy : la section commentaire de YouTube est maintenant rendue intégrée avec G+, dites-moi ce que vous en pensez en commentaire!

Donc, G+ serait un méga bottin servant à identifier qui fait quoi sur Internet. Si vous êtes un blogueur, un stratège SEO, ou quelqu’un qui souhaite avoir plus de notoriété en ligne, continuez à lire, ça s’en vient assez hot.

Je vais vous donner 4 raisons absolument démentes d’utiliser G+. (cliquez pour tweeter)

#1 - Votre profil G+ se référence tellement bien, ça en est stupide.

Regardez l’image suivante :

google+ serp impact

Voici une photo du SERP (Search Engine Result Page) Rand Fishkin, CEO de Moz.com (un outil vraiment trop pratique pour le marketing web).

On voit apparaître directement dans la barre de recherche ainsi qu’en première position des résultats de recherche, surclassant même son profil chez MOZ, pourtant beaucoup plus actif que son profil G+.

Ne l’essayez pas à la maison, vous n’aurez probablement pas le même résultat. Cette capture d’écran date un peu et Google a fait quelques modifications. Cependant, je pense que c’est formidable comme image puisqu’elle nous donne un bon aperçu de ce qu’aura bientôt l’air nos résultats.

Contrairement aux autres réseaux sociaux, TOUT sur G+ est indexé. Ce qui veut dire qu’un profil G+ est traité au même titre que n’importe quel autre site web. Il peut acquérir de la notoriété au fil du temps.

Voici donc une bonne raison d’intégrer votre badge G+ à votre site web! (Vous pouvez voir que j’ai intégré le mien dans mon menu de gauche.)

#2 – Google+ vous transforme en ninja du SEO.

Prenons un site web au hasard : disons cachemonet.com (pour rester pertinent). Les chiffres ne sont pas exacts, mais j’ai besoin d’un site pour bien expliquer les enjeux.

Cachemonet ne se référence pas super bien. Disons qu’il n’arrive pas dans les 100 premiers résultats pour les mots « Site web fabuleux » lorsque l’on tente de le trouver dans Google.

Disons maintenant que je le partage sur mon profil G+. Si mon profil était très influent et que vous m’aviez dans vos cercles, cachemonet arriverait assurément en première page du SERP.

Les implications pour le marketing de contenu sont exceptionnelles. Maintenant, un partage G+ vaut beaucoup plus qu’un Tweet ou un like. Et on ne parle pas seulement de rendre vos pages davantage visible à vos abonnés, imaginez si un influenceur reprend votre nouvelle!

#3 – Google+ aime le jus.

Pour faire un lien avec le point précédent, disons que Michelle Blanc partage ce billet aux 10 619 personnes qui l’ont dans leurs cercles. En plus de faire en sorte que mon billet va être #1 Google pour ces dix milles personnes, le lien qu’elle me fait donne du « link juice ».

Qu’est-ce que le link juice? Imaginez que chaque page web possède un verre de jus. Plus la page a de la notoriété, plus Google lui donne un gros verre de jus pour la récompenser. La page doit ensuite prendre son jus et le distribuer à chacun des liens quelle possède. Pour éviter de diluer ce précieux jus, la plupart des sites web mettent l’attribut « rel=nofollow » sur un hyperlien pour indiquer qu’on ne veut pas donner de jus à ce lien.

Bref, plus une page se fait donner de jus via les backlinks (des liens entrants), plus elle a de jus à donner aux liens sur sa page.

C’est entre autres pour cette raison que votre site web ne devrait pas avoir plus de 100 liens sur sa page d’accueil. Vous pouvez utiliser l’outil de ecreativeim pour vérifier combien de lien vous avez sur votre site web et combien de jus chacun de ces liens possède. Si vous pensez que votre site web est trop complexe pour réduire vos nombres de liens, pensez-y. Amazon possède 89 liens sur sa page d’accueil, vous pensez que votre site web est plus complexe que celui d’Amazon?

Pourquoi je vous parle de tout ça? Eh bien simplement parce que les liens de Twitter sont « nofollow » et que le contenu des pages Facebook n’est pas indexé. En revanche, Google indexe son contenu (très rapidement d’ailleurs!) et ses liens ne sont pas « nofollow »!

Donc, en plus du boost dans le SERP, Michelle Blanc me donnerait un peu plus de jus pour mon site et chacune des personnes qui vont « transférer » (l’équivalent du partage FB) va également me donner un peu de jus.

Je ne sais pas si ça vous excite autant que moi, mais maintenant c’est moi qui me sens comme une adolescente dans un magasin de soulier!

#4 – G+ vous permet de devenir un auteur.

Google a une relation amour/haine avec le guest blogging depuis un certain temps.

Le guest blogging, c’est publier sur le blogue d’un autre pour pouvoir profiter de son audience et de créer des liens vers son propre site web, augmentant ainsi son jus SEO.

Comme on parlait au début de ce billet, Google veut associer le contenu à un individu. Vous avez probablement pu voir des petites images apparaître dans les résultats de recherche.

google+ authorship impact on serp

Ces images apparaissent lorsqu’un auteur réclame les droits d’auteurs sur une pièce de contenu. Ces petites images augmentent le taux de clic de votre site dans le SERP d’environ 30%!

Mais encore, Google travaille toujours sur son « agent rank » qu’il nomme maintenant « Author Rank ».

Le but de cette dernière fonctionnalité est d’identifier les auteurs ainsi que leurs sujets et champs d’intérêt et d’évaluer s’ils sont bons ou non (via les signaux sociaux).

De cette façon, le guest blogging abusif comme on a vu en 2010-2012 perd son sens.

Matt Cutts (chef de la division antispam de Google) a exprimé vouloir être capable de voir les interventions des gens qu’il trouve pertinents sur les sites moins connus. Bref, il veut que si Bill Gates commente sur un forum louche, que Google considère son intervention comme très pertinente, même si le site a très peu d’autorité.

Mais ce n’est pas tout! Le AR va un peu comme le Page Rank, mais divisé en champ d’intérêt. En gros, ça veut dire que si Bill Gates publie une recette, ça ne veut pas dire qu’elle va battre celle de Ricardo.

Conclusion

Alors, toujours pas convaincu?

Dites-moi ce que vous en pensez en commentaire et ajoutez-moi à vos cercles si vous êtes sur G+.

Si vous n’y êtes pas, expliquez-moi ce qui vous retient de faire le saut!

Si vous avez aimé cet article, aidez d’autres personnes à trouver ce site et cliquez sur j’aime! C’est gratuit, ça prend 1 seconde et ça fait toute la différence pour moi.

A+

87% de mon meilleur contenu n'est pas sur ce blogue!

Inscris-toi maintenant pour avoir accès à tout mon contenu exclusif!

Tu as apprécié cet article?

Supporte ce blogue et aide-moi à en écrire plus en m'offrant un café!

M'OFFRIR UN CAFÉ

Tu veux aller plus loin?



J'offre des cours en ligne pour marketeurs et entrepreneurs!


Voir les formations

SUR LE BLOGUE

PLUS D'ARTICLES