Table des matières

214 7
Facebook, une perte de temps? Voici l'opinion de 8 experts!

Facebook, une perte de temps? Voici l'opinion de 8 experts!

Investir son temps pour animer une communauté web peut être découragent. Surtout lorsqu'on sait qu'on fait toutes les bonnes choses, mais que malgré tout, on regarde avec impuissance ses statistiques baisser chaque mois.

Ce n'est pas de votre faute! Et c'est vrai.

De plus en plus de gens utilisent Facebook pour entrer en contact avec leur public, ce qui élève la compétition sur le fil de nouvelle des gens. Le résultat? Une baisse constante de la portée de vos publications.

Tout ça peut vous amener à vous poser la question suivante: est-ce que ça vaut vraiment la peine?

Facebook, est-ce que ça vaut vraiment la peine?

CoppyBlogger, un des blogues les plus influents sur le marketing de contenu, a pris Internet par surprise le 17 octobre dernier lorsqu'ils ont décidé de fermer leur page Facebook!

"Vous voyez, l'objectif principal de Coppyblogger est de servir son audience. Et si cette audience n'interagit pas avec nous sur Facebook, alors il n'y a aucune raison pour nous d'y investir notre énergie. Vaut mieux investir cette énergie où l'audience l'apprécie davantages."

Lorsqu'on voit une entreprise aussi crédible tuer sa propre page Facebook, ça nous porte à réfléchir.

Est-ce que ça vaut la peine? Est-ce que je perds mon temps?

Alors que j'ai connu des résultats incroyables avec la publicité Facebook, je ne suis toujours pas convaincu du ROI de la gestion de communauté.

J'ai donc contacté les 9 personnes que je connais qui en connaissent le plus sur le domaine pour leur poser les questions suivantes:

Voici la table ronde d'experts qui répondront à cette question:

Partagez vos citations favorites sur Twitter!

Antoine Spadoni

Antoine Spadoni

Même si Facebook n'est plus le seul réseau social sur lequel les marques doivent travailler en 2014, il n'en reste pas moins le réseau social n°1 avec une base d'utilisateurs inégalée et qui continue à croître!

Par ailleurs, le contenu de qualité prend de plus en plus d'importance dans l'algorithme de Facebook. Cela laisse de belles perspectives aux marques qui sauront se comporter comme des médias et investiront dans la création de contenu pertinent.

Les applications restent également un outil marketing incroyable pour en apprendre plus sur sa communauté et affiner sa stratégie.

Facebook est une formidable caisse de résonance pour une marque qui souhaite avoir un contact direct avec ses consommateurs.

C'est une plateforme qui lui permet via ses interactions avec sa communauté de générer des données directement actionnables pour son activité.

Le contenu de qualité prend de plus en plus d'importance dans l'algorithme de Facebook @comshakr

Marie-Annick Boisvert

Marie-Annick Boisvert

Je crois qu'une présence sur Facebook est importante. Ne pas être sur Facebook, c'est comme ne pas être dans les pages jaunes. Personnellement, je vais moi-même consulter en premier sur Facebook une entreprise, au lieu de la Googler. Si l'info sur la page est complète: adresse, heures d'ouverture, no de tél, pas besoin de Googler.

Pour ce qui est de la fréquence que l'entreprise veut avoir sur FB, c'est à sa discrétion et selon la disponibilité de sa main d'oeuvre et si elle veut investir dans cette portion.

Et avec le nouvel algorithme de Facebook, pour s'assurer de rejoindre le plus de gens, une entreprise n'a pas le choix de commanditer ses postes si elle veut rejoindre le plus de monde.

À ce sujet, Facebook représente le média qui offre le meilleur ciblage. Aucun autre média n'est comparable. Donc tant qu'à investir dans de la pub, aussi bien investir sur Facebook.

C'est d'abord et avant tout un excellent outil pour le référencement. Car Facebook est très bien référencé. Ce qui fait que si l'on fait une recherche de votre entreprise sur Google, il se peut que votre page FB sorte en premier.

La page Facebook d'une entreprise si elle est complète et que l'on y retrouve toutes l'info devient un mini site web. Ce n'est pas à négliger.

C'est également, pour ceux qui le désirent, un outil de service à la clientèle, de veille sur sa réputation, une plateforme pour entretenir une conversation avec sa communauté.

Une entreprise n'a pas le choix de commanditer ses publications pour rejoindre plus de gens! @marianik1968

Thoma Daneau

Thoma Daneau

Il est important d'être présent là où ses clients sont présents. La plupart du monde est sur Facebook, alors une compagnie n'a pas le choix que d'y être. La question est surtout dans le comment. Une compagnie sur Facebook qui ne veut pas investir en publicité peut toujours investir en création de contenu. Après ça, si la compagnie ne veut pas investir en création de contenu... bonne chance. Au moins elle sera là pour répondre aux commentaires.

Établir un lien avec ses clients.

Une entreprise doit être là où ses clients sont. Ça peut être Tumblr, SnapChat, Twitter ou Pinterest.

Il est important d'être présent là où ses clients sont présents. @thomadaneau

Diana Yazidjian

Diana Yazidjian

Je ne parlerai pas de chute de la portée organique, mais de changement radical à l’algorithme qui aurait peut-être entraîné une baisse chez certaines marques.

Le message qui circule : Facebook se soucie de la quiétude de ses utilisateurs et ainsi leur présente uniquement du contenu qui correspond à leurs préférences selon un savant algorithme.

Ayant travaillé avec des experts en la matière, je peux déjà avancer que le biais existe là aussi. Les politiques Facebook sont guidées par les grandes marques, d'autant plus depuis son entrée en bourse. Il n'est pas impossible que l'algorithme soit quelque peu tronqué pour offrir le droit de passage à certaines marques plutôt qu'à d'autres.

C’est là, je pense, où le bât blesse.

Et comme si cela ne suffisait pas, on observe également un changement dans le ratio publication entreprise : statuts d’amis. Les publications d’entreprise occupent un plus grand espace du journal de l’individu que les statuts d’amis. Il incombe à l’utilisateur de changer les paramètres de publication et de retirer celles qui ne souhaitent pas voir.

Or combien le font ? Surement une minorité. C’est pourquoi Facebook peut se permettre ces nouvelles règles avec plusieurs milliards d’utilisateurs accros.

Alors pour répondre à la question, absolument. Les entreprises se doivent d’avoir une présence active sur Facebook, car la personnalité de la page en dit long sur la marque, même si elle ne circule pas sur notre journal.

Combien d’entre nous, après avoir visité le site d’une entreprise, allons jeter un œil sur leur page Facebook juste pour voir comment elle se « comporte », comment elle interagit avec ses fans ?

J’en fais partie.

Et plus souvent qu’autrement, j’aime ce que je vois et l’entreprise monte dans mon estime. Si ce n’est juste pour cette raison, je dirais absolument.

Maintenant, avoir une page ne suffit pas. Il faut aller chercher l’engagement des clients, actuels et futurs. Pour y parvenir, une stratégie de contenu est capitale. Je pars de la règle du 80 :20 : 80 % de contenus informatifs et 20 % de contenus liés au produit/service.

Selon Statista, la part d’entreprises américaines qui ont désormais une stratégie de contenu est passée de 28 à 46 % en un an. Elle se planifie et doit s’arrimer avec la stratégie marketing. Il ne s’agit pas de vendre, mais d’offrir du contenu riche et unique répondant aux attentes de vos clients. D’où la nécessité de bien connaître votre marché.

Bien entendu, ce contenu doit circuler partout, sur le site de l’entreprise et les autres réseaux sociaux de façon à ce que vos clients le trouvent aisément.

Les entreprises peuvent se prévaloir de deux fonctions Facebook pour promouvoir leur contenu :

1) lancer une campagne de contenu et ajouter l’un des cinq boutons appel à l’action.

Ce peut être un bouton télécharger pour des études de cas ou enregistrez-vous pour s’inscrire à l’infolettre. Ce sont des moyens efficaces pour les entreprises de service.

2) Je recommande aussi le « dark post » qui permet de tester l’efficacité d’un post.

L’entreprise envoie deux messages différents à deux groupes de fans aux caractéristiques similaires. Tactique intéressante pour tous types d’entreprises, que l’on cherche à tester, par exemple, l’efficacité d’un titre ou d’un appel à l’action.

La particularité des « dark posts » est que ces derniers n’apparaissent pas sur la page d’entreprise ce qui pourrait semer la confusion chez les fans mais uniquement sur le journal (c.a.d. la « timeline ») des fans sélectionnés. À utiliser avec modération cependant. Bien qu’efficace, l’engagement (likes, partage, commentaires) issu des dark posts n'est pas colligé dans les statistiques de la page.

On voit l'émergence de nouvelles plateformes qui tentent de voler la vedette, telles que Ello. Mais il leur faudra des mois/années à atteindre la masse critique si tel est leur objectif.

D'ici là, les entreprises qui veulent gagner le max d'oeil captif doivent diversifier leur effort de communication en étant présentes sur les autres réseaux sociaux où se trouvent les clients.

La règle du 80/20: 80 % de contenus informatifs et 20 % de contenus liés au produit/service. @dfyconsulting

Cécile Rainon

Cécile Rainon

Facebook reste quand même la plateforme sociale pour toutes activités confondues - personnelles et professionnelles. Alors bien sûr il ne faut pas s'y limiter surtout lorsqu'une entreprise n'a pas l'intention de faire de la publicité. Mais en ne se limitant pas qu'à l’animation d'une page avec pour but d'augmenter son nombre de fans, une entreprise peut aussi gagner en notoriété et trafic grâce à l'animation de groupes par exemple. Certains groupes sur le CM et SEO sont très actifs en France et c'est l'occasion pour tous d'y pusher son contenu - sans spammer bien sûr ;)

Je suis la première à jeter un coup d'œil au Facebook d'une marque. En tant que CM, ça me permet de m'inspirer et de voir comment d'autres gèrent leur page.

Aussi, si une entreprise n'a pas de site (ce qui est le cas pour beaucoup de PME), mais une page Facebook, c'est là que je me tiens au courant de leurs dernières nouvelles, bon plan, etc.

Pour moi, la meilleure alternative à Facebook pour une entreprise reste Google +. Beaucoup pense que ce réseau et un réseau social fantôme et que seuls les membres présents sont des employés de Google.

C'est évidemment faux. Il suffit de creuser un peu pour découvrir des communautés actives, de l'engagement et où les marques et utilisateurs échangent sans que leurs "murs" deviennent un service après-vente où tout client mécontent vient se plaindre et critiquer.

La meilleure alternative à Facebook pour une entreprise reste Google+! @cecile_rainon

Jacques TANG

Jacques TANG

Pour notre part, nous estimons que toutes les plateformes non propriétaires sont des lieux de diffusion des contenus des marques que nous représentons. Nous avons modifié notre attitude vis à vis de Facebook dès décembre 2012 sur le sujet.

Plus de recherche de fans, ou de leads de toute nature. Notre parti pris est de mettre en place une stratégie digitale par contenus. De fait, nous ne parlons plus de publicité, mais de simple sponsorisation des contenus que nous mettons en place.

Nous sommes dans une position d'attente, sachant que les choses évoluent très rapidement sur le web. Gestion partielle de la relation client et retours sur les services des entreprises représentées sont aujourd'hui au menu de nos préoccupations.

Nous raisonnons en terme de "bouquet", en cherchant à adapter au plus près les objectifs digitaux des entreprises à l'évolution des médias sociaux.

Nos stratégies digitales ne sont pas réalisées autour de Facebook, mais essentiellement basées sur les sites web, applications mobiles et blogues.

Pour les réseaux sociaux alternatifs, en l'espèce, pas de tabous, juste le souci d'assurer une présence de qualité. Les grands gagnants depuis 2013: Google+, Twitter, Tumblr, Instagram liés à un blogue professionnalisé.

Les grands gagnants depuis 2013: Google+, Twitter, Tumblr, Instagram. @Tankjacques

Jacquelin Guillaume-Duverne

Jacquelin Guillaume-Duverne

Facebook reste la plateforme privilégiée pour rentrer en conversation avec ses fans/clients et prospects. Tout dépend de la nature de l'entreprise et sa faculté à attirer une communauté organique, mais ont a déjà vu des marques construire et animer des communautés très engagées sans aucun investissement média.

Si on veut travailler sur la portée, il faut considérer Facebook comme un média à part entière, mais un média qui permet des possibilités de ciblages inégalées et cela a nécessairement un coût.

La fonction principale de Facebook est de permettre à une marque de rentrer en discussion avec ses fans, ses clients et potentiellement ses prospects. L'idée pour une marque est de sortir de sa position d'émetteur unilatérale et se mettre dans une position d'écoute et d'échange. Une marque n'est pas là sur Facebook pour interrompre les discussions des gens entre eux, mais, pour y participer... voir la nourrir.

Des réseaux comme Twitter et Snapchat offrent de belles alternatives pour toucher des publics jeunes. Des blogues ou des forums peuvent aussi offrir de belles possibilités pour adresser certaines problématiques.

Une marque n'est pas sur Facebook pour interrompre, mais pour participer! @kavarua

Dangu Kevin

Dangu Kevin

Aujourd'hui, Facebook a décidé de baisser de manière significative la portée des publications naturelles pour les pages.

Ce constat doit s'accompagner je pense, d'une réflexion sur la valeur accordée à Facebook par l'entreprise.

Vous souhaitez développer une communauté importante et très active sur le réseau social de Mark Zuckerberg ? Alors il va falloir passer par l'étape promotionnelle, ce qui ne veut pas dire tout miser dessus ni juste activer la pompe à argent. Non ce serait très simpliste d'aborder le sujet ainsi. Allier la publicité et le "naturel" est le meilleur moyen d'être visible sur Facebook et d'ainsi pouvoir montrer tout son talent créatif ou la valeur ajoutée du contenu proposé.

Si vous ne souhaitez pas allouer un budget, et donc ne pas investir d'argent sur Facebook, alors il ne sert pas vraiment de construire une stratégie folle avec de nombreux contenus, et de nombreuses heures passées à créer ces contenus exclusifs à Facebook. Ceux-ci ne seront que peu visibles, et n'auront que peu de probabilités de se retrouver poussés par une communauté réduite.

Certaines marques ont su s'imposer sur les réseaux sociaux, mais restent dans un cercle très fermé "des marques qui ont réussi sur Facebook" (et ce, souvent avant la baisse du reach).

Facebook (sans la publicité) peut alors désormais agir comme un relais d'informations intéressant, à l'instar d'un média où l'on pourrait chaque jour proposer son contenu gratuitement aux socionautes de sa communauté.

Finalement, Facebook reste pertinent (selon le secteur bien entendu) pour une entreprise même si elle ne souhaite pas investir d'argent, ne serait-ce que pour l'image qu'elle véhiculera aux clients futurs et par le rendez-vous qu'elle instaurera entre elle et ses aficionados. En proposant de la qualité régulièrement et de façon simple, l'engagement sera au rendez-vous, si la communauté (même peu étoffée) est bien réelle.

Selon moi, la fonction principale de Facebook est celle de "plateforme d'échange entre l'entreprise et le socionaute". Ce terme est vaste et entendu, mais révèle bien l'idée de communication à double sens. La plateforme permet de créer un espace où la marque peut proposer du contenu, une valeur ajoutée certaine aux socionautes et potentiels clients de son offre.

Même si ce n'est "que" 300 fans qui sont sur cette page, s'ils sont qualifiés et impliqués dans la marque, alors celle-ci à tout compris à l'utilisation de Facebook.

Néanmoins cette fonction peut vite se dégrader et laisser place à une vision plus négative. Une page mal construire et entretenue, laissera souvent un sentiment négatif au visiteur, qui s'empresse, de plus en plus, d'aller "guetter" l'activité sociale de l'entreprise.

De même, comme nous le disions précédemment, un temps passé trop élevé sur le développement de celle-ci sans les outils, le budget, et les objectifs nécessaires sera souvent inefficace. Pour exemple, combien de personnes souhaitent "développer leur chiffre d'affaires" grâce à Facebook ? N'est-ce pas là une erreur d'objectifs et d'outils ?

En 2-3 phrases, l'alternative à Facebook c'est tout le reste si je peux me permettre. Et en étant tout le reste, ce n’est également rien finalement.

Ce que je veux dire, c'est que Facebook ne se suffit pas à lui même, mais dit être considéré au sein d'une stratégie social média globale, qui peut englober divers réseaux sociaux, le développement d'un blogue, d'un site, d'une présence sur les forums, de la mise en place de relations avec certains blogueurs, et de toutes autres formes de stratégies marketing.

Il ne faut pas voir l'utilisation de Facebook au sens restrictif, mais au sein d'un ensemble d'actions stratégiques sur les réseaux sociaux et Internet (stratégie social média), qui lui-même est englobé par toutes les actions stratégiques marketing plus "traditionnelles" (stratégie marketing globale).

Cette vision globale est à mon sens le meilleur moyen d'intégrer Facebook et les réseaux sociaux au sein de l'entreprise.

Il ne faut pas voir l'utilisation de Facebook au sens restrictif! @KevinDangu

Et qu'est-ce que j'en pense?

Je crois qu'en lisant tout ça, il est clair que toutes entreprises doit au moins avoir leur page Facebook, ne serait-ce que pour réserver leur nom d'url et d'y afficher ses informations de contact.

Quant au retour sur investissement, je vous retourne la question.

Croyez-vous qu'investir son temps dans la création d'une communauté sur Internet est le meilleur usage de son temps?

87% de mon meilleur contenu n'est pas sur ce blogue!

Inscris-toi maintenant pour avoir accès à tout mon contenu exclusif!

Tu as apprécié cet article?

Supporte ce blogue et aide-moi à en écrire plus en m'offrant un café!

M'OFFRIR UN CAFÉ

Tu veux aller plus loin?



J'offre des cours en ligne pour marketeurs et entrepreneurs!


Voir les formations

SUR LE BLOGUE

PLUS D'ARTICLES